[Salons] Fujiya Avic Headphone Festival 2015 & Portable Festival 2015

Portable Festival Limited 2015

Sommaire

Introduction

Le 30 mai avait lieu le Portable Festival Limited in Osaka (Pota Fes’ pour les intimes). L’évènement est beaucoup plus petit comparé au Fujiya Avic Headphone Festival, mais aussi beaucoup plus intime, tranquille (même si cette année pas mal de monde a fait le déplacement). On n’a pas besoin de faire la queue pour tester le matériel, on peut rester plus longtemps sur les stands et discuter plus facilement avec les constructeurs dans une ambiance un peu plus relax.

2_1
2_2

C’était pour moi aussi l’occasion de tester le matériel que j’avais loupé au salon tokyoïte, et de retester ce qui m’avait plu. Le salon proposait également de faire du DIY (Do It Yourself : fais-le toi-même), en confectionnant son intra monodriver BA Final Audio Design (enfin il faut dire Final tout court maintenant, la marque a changé de nom) tout seul, avec son tunning perso. Je n’ai malheureusement pas pu m’y inscrire (c’était déjà complet quand j’ai vu l’info !).

Astell & Kern

Je commence bien sûr avec l’AK380.

2_3

Le nouveau player über_haut_de_gamme_qui_coûte_3_bras_et_5_reins_et_force_à_manger_des_pâtes_pendant_2_ans (en fait le prix n’est pas encore décidé, mais je m’attends au pire). Le DAP est un peu plus gros qu’un 240, enfin surtout plus large (ça risque d’être difficile de le faire rentrer dans une poche) avec un firmware très similaire aux AK de seconde génération. On notera que le mode symétrique est désormais reconnu automatiquement, plus besoin d’aller activer l’option soi-même dans le menu.

2_4

Niveau son, c’est plutôt bon, avec une signature qui se situe entre le 120II (plutôt neutre) et le 240 (plutôt chaud) ; il m’a semblé noter un très léger bond en avant qualitatif. Malheureusement, j’ai bien moins senti l’upgrade face à mon AK120II que lorsque j’avais comparé ce dernier au Lotoo Paw Gold, qui m’a l’air d’être bien le king des DAP en termes de restitution sonore. (En prime, le Paw Gold me paraît plus facile à ranger avec sa forme plus « classique ».)

Pioneer

SE-Master 1, second round : mon avis sur ce casque avait été assez mitigé lors de ma première écoute. J’ai pu le retester, ce coup-ci plus longuement et avec un peu moins de bruit autour. Bon, c’est vraiment très bien. On est bien dans une signature neutre, avec des graves un peu plus marqués que sur un HD800. Le soundstage et la restitution des aigus me paraissent être les deux points forts de ce casque. La présentation me semble un peu plus laidback qu’un sr009, un HD800 ou un HE1000. Il ne vient jamais projeter le son, ce que j’aime. Tout est très liquide. Les aigus donc, sont saisissants de réalisme, avec une extension folle et une définition incroyable. Les basses, très profondes, descendent avec aplomb et présentent une certaine rondeur lorsqu’elles sont comparées à celles d’un HD800, qui me paraît avoir plus de vitesse dans ce domaine. Les médiums m’ont paru bien complets et bien articulés, avec un côté légèrement rond, comme pour les basses.

Ce qui serait intéressant, c’est de comparer le rig full Pioneer avec le rig Sennheiser HD800+HDVD800. L’ampli/dac dédié Pioneer U-05 ne coûtant « que » 600€ environ, les 2 rigs arrivent à une tarification similaire au final.

Dita

Pas vraiment un nouveau modèle, mais les intras Dita, une petite compagnie singapourienne, sont arrivés récemment sur le marché japonais. Il existe plusieurs modèles dont le prix varie selon le câblage. Je me suis attardé sur leur modèle Truth Balanced (environ 1200$ je crois).

Les intras Dita sont tous des monodriver dynamiques, design assez rare dans le haut de gamme finalement, mais qui a pourtant beaucoup d’avantages. Pas de crossover à gérer donc cohérence au top, et grand naturel comparé à du BA. Les Answer Truth Edition Balanced (ça existe un intra avec un nom plus long ?), ont été un vrai coup de cœur.

2_5

La fabrication et la finition sont tout simplement ce que j’ai vu de mieux. Ce sont de magnifiques objets, au design classieux et qui respirent la solidité. Je vous laisse admirer les photos.

2_6

Les Dita présentent un son très énergique, avec beaucoup de puissance partout et de volume. Les sub bass et le haut médium sont légèrement boostés en ce sens, mais rien d’extrême non plus. Niveau cohérence, c’est tout bonnement au-dessus que n’importe quel multi BA. Les Ditas offrent aussi beaucoup de volume et de matière, tout en gardant un grand naturel. Comparé à celui des multi BA de cette gamme, le son sera peut-être cependant un poil moins résolvant. Dans l’esprit ça me rappelle un peu une version « plus » des Shure 846 (en un peu moins médiums-centric tout de même). J’ai tapé du pied instantanément à l’écoute des Dita. Certainement les meilleurs monodrivers dynamiques du marché. Un produit à ne surtout pas négliger si vous êtes à la recherche d’un universel très haut de gamme tant il propose des choses que ses camarades du haut de gamme n’ont pas en général.

Audioquest

Voici le Audioquest Nighthawk un casque semi-ouvert bois plutôt haut de gamme. Il devrait sortir aux alentours de 80 000 yens au Japon. Alors que les designs semi-ouverts des Beyerdynamic, par exemple, offrent au final une expérience identique à des casques ouverts, le Nighthawk, lui, arrive à produire une sensation réellement à mi-chemin entre un casque ouvert et un casque fermé.

2_7

C’est assez déconcertant et je n’avais encore jamais expérimenté ce genre d’écoute. La signature sonore se place clairement du côté chaud de la force, à tendance laidback. Mais le niveau de définition reste plutôt bon pour cette catégorie tarifaire. Une écoute soyeuse et relaxante à apprécier au fond d’un sofa bien moelleux un verre à la main le soir. Un casque à écouter au moins une fois dans sa vie.

Kumitate Lab

Kumitate Lab est une marque japonaise fabriquant essentiellement des moulés. À l’origine de cette marque, on trouve une poignée d’aficionados du « do it yourself » qui ont commencé à commercialiser leurs créations depuis quelque temps. Une marque au caractère geek par excellence. D’ailleurs leur stand reflétait pas mal cela, avec une petite table, trois chaises, un sac à dos remplis de gadgets (notamment un T5p custom de toute beauté !), une feuille imprimée format A4 posée négligemment au milieu de la table, et 4 modèles de démos.

2_8
2_9
2_10
2_11

L’entrée de gamme, un 3 drivers BA, était vraiment bon, un son « facile » à écouter, légèrement chaud, rappelant un peu les Custom Art 330pro V2. Un autre modèle 4 drivers BA, lui, m’a un peu moins convaincu avec un son plutôt froid, à tendance clinique. Le troisième comporte un design assez unique à 6 drivers BA, avec la présence d’un switch permettant de passer à l’utilisation de 4 des 6 drivers ou de tous les 6 drivers, avec bien sûr la signature sonore qui change. Cependant, on reste dans l’esprit du modèle précédent, donc un son assez froid qui ne m’a pas trop plu. Mais le concept est vraiment intéressant.

Enfin leur nouveau flagship, le KTL Ref, est un hybride qui embarque 2 drivers dynamiques et 3 drivers BA, avec une molette de réglage du niveau de basses. La signature est plutôt neutre et la palette de niveaux de basses disponibles est assez bien dosée, n’allant jamais dans l’excès. Le soundstage est plutôt vaste et aéré. Ce dernier modèle a eu ma préférence, même si on sent que ça manque encore un peu, peut-être, de maturité dans le tunning (mais j’ai entendu bien pire). Pour les intéressés, l’achat depuis l’étranger est envisageable d’après ce que m’a dit la personne de Kumitate Lab. Enfin les prix sont plutôt compétitifs (environ 900€ par exemple pour le flagship avec la molette de réglage des basses, moins cher sans).

King Sound

Un casque haut de gamme électrostatique (c’est rare !) qui ne m’a pas spécialement convaincu : les basses manquaient d’articulation et présentaient un impact un peu trop haut dans le spectre, rendant l’écoute assez particulière. Les médiums m’ont paru assez anémiques et les aigus en dents de scie. Un réglage vraiment curieux et des performances assez moyennes, je ne me suis pas trop attardé dessus.

2_12

Fostex

Ce casque mythique est de retour ! Mêmes drivers qui ont fait son succès, même design (ou presque, avec l’ajout d’un câblage orange fluo bien pop), et nouveau tunning.

2_13

N’ayant jamais essayé la version originale, je ne pourrai pas faire de comparaison. Niveau son, voici un casque qui déborde d’énergie et qui donne la patate. Malgré cette approche punchy, le son est plutôt bien équilibré. J’aurais peut-être aimé un peu plus d’extension des 2 côtés et un soundstage un peu plus holographique, mais cette réédition du T50RP va sortir à prix très sympa : 20 000 yens environ, en considérant cela, ça en fait un super rapport qualité/prix.

Je le recommande chaudement à ceux qui voudraient faire un premier pas dans l’univers du casque sédentaire de qualité, sans trop se ruiner, avec un son qui mettra le feu dans vos oreilles tout en gardant une certaine rigueur tonale et un bel équilibre des registres (après tout il est présenté comme casque à vocation « monitor »). Une valeur sûre, à mon avis.

Focal

Le Focal Spirit One S et le Spirit Classic, disponibles en France depuis un certain temps déjà, arrivent au Japon.

Le Spirit One S m’a laissé vraiment dubitatif : un son basseux djeuns boomy que j’ai eu du mal à supporter. Passer du Fostex, juste avant, à ça, ça fait un gros choc !

Le Classic m’a paru beaucoup mieux par contre. Plus fin, plus équilibré et riche. Mais bon, je n’ai pas sauté au plafond non plus, il manque un peu de vie, un petit quelque chose. Le plus gros souci c’est qu’ici, il va se retrouver avec une tarification plus élevée qu’un PM3, mieux fabriqué (là où le Focal fait vraiment plastoc’), mieux fini, bien plus confortable et isolant et qui sonne carrément mieux. Bref, je n’ai pas été emballé.

Orb

Orb est une petite compagnie japonaise de câbles artisanaux, qui ne coûtent pas un bras. Je ne suis pas spécialement attiré par le recâblage du matos audio (bien que je le fasse parfois), mais le stand était plutôt sympa, avec la personne en charge de fabriquer tous les câbles de la marque qui faisait la démonstration en direct de la confection de câbles, avec un soin et une dextérité impeccable.

2_14

Orb fait toutes sortes de câbles, à vocation « audiophile » avec des câbles pour IEM ou casque, ou bien à destination professionnelle (ou pour musicien), avec des câbles pour guitare électrique ou autres. J’ai donc pu assister à la fabrication en direct d’un de ces câbles, avec explications détaillées de chaque choix de design, de façon de souder, etc. J’ai pas mal sympathisé avec l’artisan « câblier » à qui j’ai montré mon câble Forza (marque bien sûr complètement inconnue au Japon) symétrique que j’utilise avec mes K10. Ça l’a beaucoup intrigué, il en a pris une dizaine de photos pour en étudier le design. Je lui ai dit que ce serait cool s’ils proposaient des câbles 2pin (pour les câbles pour IEM, Orb ne propose que du MMCX, le format le plus utilisé au Japon) vu que c’est un format relativement bien diffusé aussi. Si ça sort un jour, on saura d’où leur est venue l’idée…

 

Ma visite du Pota Fes’ d’Osaka s’achève, j’espère que le salon sera reconduit l’année prochaine.

9 réflexions sur “[Salons] Fujiya Avic Headphone Festival 2015 & Portable Festival 2015”

  1. Je me suis absolument délecter de cette énormissime et dépaysante lecture. Les petits clins d’oeil sont juste géniaux, j’ai notamment adoré le fameux « here comes a new challenger » à propos de l’HE1000.
    Mes respects Space Cowboy.

  2. Merci, pour ces impressions! Très agréable à lire et informatif en plus. Surtout que les modèles qui m’intéressent bizarrement n’ont presque pas de retour sur head-fi.
    Si je pourrais juste faire remarquer que « Orion » est le nom du modèle, et la marque est Campfire Audio, marque créée par ALO Audio.

  3. Merci à toi SpaceCowboy pour nous faire découvrir de nouveaux produits qui ne sont d’ailleurs pas tous accessibles pour nous Européens.
    Et dire qu’en Asie on peut tout essayer ou presque. Alors qu’à Paris les essais d’intras sont plus que limités.
    A quand un tel salon sur Paris.
    Et merci vraiment à toi même si tes quelques commentaires m’auraient éviter une dépense imprévue

  4. spacecowboy

    Merci pour les commentaires chaleureux.

    ARMANDDD> oui ça a l’air d’être Campfire Audio la marque, mais bizarrement ils s’étaient présentés sous le nom Orion durant le salon. (peut-être plus simple à prononcer pour les japonais).

    Fab> tu vas craquer pour quoi? 😀

  5. Je me suis laissé convaincre par tout commentaire sur les oriolus. En le lisant je me suis dis que c est le rendu que je cherchais. A la fois enveloppant musical et le tout avec une grande cohérence.
    Et je dois juste dire que ton commentaire est plus que justifié.
    Et avec un prix qui ne s envole pas trop.
    Reste plus qu’à trouver des savant et un lotoo paw5000.

    Merci encore une fois à toi

  6. Ping : [Brèves] Marty #61 : Audio-GD Master 11, RHA Dacamp M1, JDS Labs The Element | TellementNomade

Laisser un commentaire