Choisir ses écouteurs

Quelle personne n'a jamais été confronté, lorsque l'on ne connaît pas un domaine, d'être totalement perdu dans le choix si pléthorique qu'offre un marché? Cela est particulièrement vrai pour choisir ses écouteurs. Ce guide a pour but de donner le maximum d'informations à cet usage. Il ne décrira pas exhaustivement chaque caractéristique, mais permettra d'arrêter plus facilement et rapidement son choix. Ce guide est conçu comme LE guide que j'aurai voulu lire à l'époque où je ne connaissais absolument rien en terme d'écouteurs. J'espère qu'il répondra à la majorité des interrogations de la plupart des gens. J'ai constaté qu'il n'en existe pas vraiment, tout du moins, pas en français. Il sera aussi amené à évoluer, car je ne connais pas tout (malheureusement).

SOMMAIRE

  1. Le budget
  2. Le besoin
  3. La signature sonore
  4. Le type d'écouteurs
  5. Les caractéristiques des écouteurs : introduction
  6. Les caractéristiques des écouteurs : la réponse en fréquence
  7. Les caractéristiques des écouteurs : la sensibilité
  8. Les caractéristiques des écouteurs : l'impédance
  9. Le ou les styles écoutés

1) Le budget

C'est la toute première chose à penser, d'après mon humble avis. Il est clair que, parfois, il est impossible de respecter la tranche de budget que l'on s'est fixé, tout simplement parce-que l'on avait pas conscience d'avoir besoin d'un matériel qui nous semblait transparent à l'utilisation (par exemple un amplificateur de puissance pour un casque). Ou parfois, il n'y a pas la gamme tarifaire que l'on voulait (exemple : les écouteurs intra-auriculaires de milieu de gamme). Essayer de s'y fixer autant que faire se peut (sinon ça s'envole !).

2) Le besoin

Quelle va être l'utilisation finale des écouteurs ? Va-t-on les trimballer dans la rue ? Il faut d'abord définir le besoin de manière précise pour éviter d'avoir un casque ouvert de 1kg dans la rue en train de courir.

Il faut donc définir le lieu d'utilisation : * nomade (assis, marchant, courant, sprintant?) * sédentaire (uniquement à la maison, déplacement ou non du matériel)

Puis le niveau d'isolation : inutile, important, indispensable

La ou les priorités : la qualité sonore, l'isolation, le confort, l'esthétique, la qualité de fabrication, la durée de vie, …

3) La signature sonore

Sur cette partie, je suis plutôt d'avis (ce qui est subjectif donc) d'avoir une réponse en fréquence neutre. Qu'est-ce qu'une réponse en fréquence ? Lorsque l'on envoie une note à 100Hz correspondant à une pression accoustique à 50dB, les écouteurs restituent bien un niveau de 50dB, et non 40 ou 60. Et ceci pour toutes les fréquences. Cela veut dire une réponse fidèle et totalement transparente à ce qu'on leur envoie, car les personnes qui ont créé et couché une musique sur CD ont voulu un certain niveau sonore, et cela retranscrira plus fidèlement la volonté du ou des artistes derrière. C'est ce qu'on nomme la Hi-Fi (High Fidelity, ou haute fidélité). Même si ce terme est désormais, d'après mon point de vue, galvaudé.

Ceci étant dit, certaines personnes peuvent préférer avoir un rendu avec plus de basses, car elles aiment les grosses basses qui impressionnent. Ce n'est pas vraiment un rendu de haute fidélité, mais soit, chacun est libre de choisir ce qu'il veut. Dans la théorie, les systèmes haut de gamme tendent vers la neutralité, en réalité, elle est rarement atteinte.

La réponse en fréquence détermine en grande partie, mais non en totalité, la signature sonore des écouteurs. Il est possible de voir la courbe décrivant la réponse en fréquence avec davantage de basses, mais à l'écoute en vrai, elles ne sont pas si proéminentes pour diverses raisons que j'évoquerai par la suite.

Les signatures sonores communes sont :

  • neutre (rendu linéaire, la courbe de réponse en fréquence est, en gros, une ligne droite)
  • U ou V (augmentation des basses, augmentation des aigües pour compenser la moindre audition de ces fréquences par l'oreille. En général, cette signature est plus “impressionnante”)
  • basses et medium en avant (il y a peu ou presque plus d'aigües)
  • aigües en avant (attention, car risque de vriller les oreilles, donne une impression d'aération)
  • basses en avant (boom boom, pour ceux qui aiment)
  • medium en avant (bon sur les parties vocales)

Comment savoir la signature sonore qui convient ? Il faut tester du matériel. Par exemple, je préfère les signatures neutres, ou celles qui tendent à accentuer les mediums; par contre, je n'aime pas les basses en avant. Cela vient du test de différents matériels pour le savoir.

Plus subtil que la réponse en fréquence, il y a aussi des différences dans un rendu sonore. Il est possible que le son soit “sec”, c'est-à-dire que le son stoppe très rapidement après l'émission réel du son sur la musique. Par exemple (totalement arbitraire, c'est juste pour la compréhension) : Un son est émis et dure 1 seconde, sur des écouteurs très secs, le son entendu durera 1,001 secondes, car il y a un temps avant que les membranes s'arrêtent de vibrer. Sur des écouteurs “mous”, le son peut durer 1,7 secondes.

Il y a énormément de caractéristiques pour le son, le mieux est d'écouter.

4) Le type d'écouteurs

Connaître l'encombrement voulu permet déjà de savoir quels sont les écouteurs adaptés pour soi :

  • petits (bouton, intra-auriculaire, moulés, arceaux, tour de cou, …)
  • plus imposant (casques en général)

Les écouteurs bouton sont en général franchement pas terrible. Très peu intrusifs, et n'isolent pas du monde extérieur. Les écouteurs intra-auriculaires sont de moyennement à très intrusifs.Ils isolent moyennement à fortement du monde extérieur, cela dépend de l'intrusion. Les moulés viennent du monde de la scène, comme retour son. Ici ils sont détournés de leur usage initial. Ils isolent fortement et sont intrusifs à très intrusifs. Les casques arceaux sont proches des écouteurs bouton, à la différence que les écouteurs tiennent… sur un arceau. Je regroupe après tout le reste que sont les tours de cou ici.

Pour les casques, il y a le supra-aural, qui repose sur l'oreille. L'isolation peut varier suivant la pression exercée sur l'oreille. Attention aux porteurs de lunettes. Le circum-aural englobe totalement l'oreille. Pour l'isolation, les casques peuvent être fermé (n'ont pas de grille d'aération, isolent mais tiennent chaud), ou bien ouvert (ont une grille d'aération, n'isolent pas mais la chaleur peut sortir). Il existe les semi-ouvert qui sont… à moitié ouverts. Cela influence aussi sur la qualité sonore : plus c'est ouvert, plus le son est aéré, comme les oreilles en fait…

5) Les caractéristiques des écouteurs : introduction

C'est un point très important, et pourtant, il est rarement vrai, sauf pour le matériel haut de gamme. Cela est plus vendeur de dire que les écouteurs ont une extension parfaite dans la plage des fréquences, même si les gens en général n'y connaissent rien. Je passe volontairement sous silence les différentes technologies des casques et écouteurs, car le plus important est la qualité du casque, pas la technologie qu'il y a dedans.

6) Les caractéristiques des écouteurs : la réponse en fréquence

20Hz - 20 000Hz est la réponse la plus fréquente qu'on trouve sur des écouteurs. Si seulement cela était vrai ! En réalité, en général, les écouteurs n'ont pas cette réponse. L'oreille adulte entend environ cette plage de fréquence, si elle n'a pas subit de traumatisme dans sa vie, l'adolescent peut entendre jusque 25kHz, et le vieillard voit ses capacités à entendre les aigües diminuées. En tout cas, plus les écouteurs ont une plage étendue, mieux c'est. Lors de la mesure de ces valeurs, ils prennent la fréquence de coupure, c'est-à-dire lorsque les écouteurs produisent la fréquence à un niveau inférieur de plus de 3dB par rapport au reste. Cela veut dire qu'il y a encore des fréquences produites en dessous de 20Hz, mais avec une diminution de plus de 3dB par rapport aux fréquences de 20 à 20k Hz. Les constructeurs peuvent ensuite tricher et donner la réponse en fréquence par rapport à une diminution de 6dB. Difficile donc de se baser sur ce critère, mais mieux vaut l'avoir que de ne rien avoir du tout. ==== 7) Les caractéristiques des écouteurs : la sensibilité ====

Prenons par exemple 120dB SPL. SPL veut dire Sound Pressure Accoustic, soit la pression accoustique. Avec un casque ayant 117dB SPL, il sera 2 FOIS MOINS SENSIBLE que celui à 120 dB SPL. L'échelle des décibels est logarithmique, diminuer de 3dB équivaut à diviser par 2 le son. Pareil pour l'augmentation. En général, cela est exprimé suivant le nombre de milliwatts fourni. Exemple : 120dB pour 1mW. En réalité, il faut même donner par exemple 120dB pour 1mW à 1kHz pour être précis, car suivant la fréquence, la pression accoustique peut varier pour une même puissance énergétique (le milliwatt).

8) Les caractéristiques des écouteurs : l'impédance

Elle est donnée en Ohms. Plus des écouteurs ont une impédance élevée, plus ceux-ci vont résister au signal. Et vont donc fournir moins de puissance utile. En gros, ceci va empêcher le signal de parvenir à se transformer en onde accoustique. Exemple de valeur : 32 Ohms. En réalité, il faut savoir que l'impédance varie suivant la fréquence, donc il faudrait donner soit l'impédance moyenne, même si ça ne veut rien dire, soit donner l'impédance à une fréquence donnée. A savoir, si l'impédance est trop élevée, il faudra utiliser un amplificateur de puissance pour utiliser le casque.

9) Le ou les styles écoutés

Ecouter du classique demande par exemple des écouteurs fidèles, transparents, avec une bonne retranscription des détails. Ecouter du RnB ou du rap demande des casques basseux. Ceci est bien sûr subjectif, mais il faut se demander quoi écouter. C'est une section à compléter par des personnes plus compétentes que moi sur le sujet, mais il faut savoir que c'est éminemment subjectif.


Dans la partie suivante sont présentés les écouteurs les plus plébiscités par les membres du forum. Ils sont appréciés pour leur apport qualitatif au niveau sonore, ou pour leur rapport qualité/prix. Ils en existent d'autres qui peuvent être bons, mais ils n'ont jamais été testé par les membres du forum.